Portrait d'Allan Sutton accordant un piano
Allan Sutton

L’accordeur de piano, chercheur de trésor




Sur une liste de discussion de la PTG, il y avait une conversation amusante au sujet des objets trouvés par l’accordeur de piano à l’intérieur de l’instrument qu’il s’apprête à accorder.

Ça commence par David Lawson qui a trouvé un véritable diamant. La propriétaire versa une larme; ça appartenait à sa bague de fiançailles. Les gens sont heureux de retrouver même les bijoux de moindre valeur.

Un couteau de boucher trouvé dans un piano d’une église de San Francisco et c’est parti, John Ashcraft imagine que c’est l’arme d’un crime, cachée là par le meurtrier.

Alan Eder trouve les pièces d’un casse-tête entier derrière le couvercle du clavier. Le petit garçon feint de s’étonner:  » Ah ! c’est là qu’il était passé ! »

D’autres objets perdus mentionnés par les participants à cet échange :  une médaille de St-Antoine (le saint qu’on invoque pour retrouver les objets perdus), des revues « coquines », un hot-dog tout  ratatiné, des clés d’auto, des souris mortes et leur nid, un oiseau mort, des certificats de placement, des pièces de monnaie, des CD…

Je trouve régulièrement quelque crayon ou trombone mais voici ce que j’ai enlevé  dans un petit Willis à queue, il y a quelques semaines : 23 crayons à mine, 2 gommes à effacer, 2 trombones, la pesée du balancier du métronome, la petite manette pour le remonter, une figurine de Astro-Boy, une règle de 6 pouces en plastique, des auto-collants, une douzaine de morceaux de papier, un couvercle de crayon feutre.

Une espèce de « piano préparé ».  John Cage aurait été fier !

2 Comments

  1. De chez Lucie à chez vous, un saut de puce me permet de prendre connaissance de cet inventaire qui n’est pas sans me rappeler les trouvailles rapportées par mon ex quand il démontait des pianos. Mais votre Willis dépasse tout ce que j’ai pu entendre!

Laisser un commentaire