Portrait d'Allan Sutton accordant un piano
Allan Sutton

Catégorie : Infos pratiques


Votre piano fait entendre de désagréables claquements ? Il y a des solutions.

mécanisme_queue_claquements
Le mécanisme du piano à queue: cause des claquements

Lorsque l’air est sec dans le studio ou dans la maison, le bois se rétracte. Vous le constatez d’ailleurs sur vos planchers et vos meubles en bois.

Le même phénomène se produit évidemment dans le piano.

En ROUGE: les vis qui retiennent l’assemblage du marteau et le chevalet sont peut-être lâches. Il suffit de bien les serrer.

En VERT: des plombs, insérés dans les touches et dans l’assemblage des étouffoirs, peuvent faire du bruit s’ils ne sont pas assez fermement maintenus.  On doit les écraser un peu pour que leur expansion élimine les vibrations.

En BLEU: les nombreux pivotages peuvent être source de claquements. Il faut refaire la garniture de feutre ou remplacer la pointe d’acier du pivot par une autre d’un diamètre supérieur.

En JAUNE: la tête de marteau elle-même peut être décollée.

Il peut aussi arriver que le  rouleau (9) soit décollé, que les touches elles-mêmes se frappent, ou encore, sur un piano droit, que la tige de retenue de la lanière touche la tige de l’attrape voisine, que le coussin au retour du bâton d’échappement soit tombé, etc…

Reserrer les vis et coller quelques têtes de marteau peut être inclus dans un rendez-vous de 2 ou 3 heures, mais les autres problèmes sont plus longs à corriger… Appelez-nous.

(Un système de contrôle climatique Dampp-Chaser peut éviter ces désagréments. Lisez d’autres articles ici, et ici.)


Établissons déjà cette vérité incontournable: un piano a toujours besoin d’être accordé.

Si vous déménagez votre piano d’une pièce de la maison à une autre il faudra l’accorder. Si vous laissez le piano là où il est, il faudra l’accorder aussi.

Ce qui fait qu’un piano perd son accord, ce sont les changements de température et d’humidité (par exemple: d’une saison à l’autre), pas le fait d’être déménagé.

Il était une fois un grand piano de concert qui est tombé en bas de la scène. Le couvercle a subi quelques dommages mais l’accord, lui était intact !

Le piano est d’une construction extraordinairement solide. Il faut bien, pour résister à l’énorme tension des cordes ! (jusqu’à 20 tonnes). Le faire rouler sur ses roulettes n’a aucun effet sur l’accord.

Cependant, si votre piano est laissé plusieurs heures dans un camion non climatisé sous les chauds rayons du soleil d’été, ou s’il est laissé dans un froid polaire pendant la nuit, il est fort probable que vous ne retrouverez pas la même harmonie sans un ou plusieurs accords dans les semaines suivantes.

Quand un piano a-t-il besoin d’être accordé ? Ça fera l’objet d’un autre article, mais la réponse rapide est : « Dès que vous en ressentez la nécessité, quand des visiteurs s’annoncent ou au moins une fois par année ».

 


On m’a posé cette question par email : « L’utilisation de la sourdine est-elle dommageable pour le piano à queue ? »

J’ai compris qu’on parlait en fait de la pédale Una Corda, celle qui est située à gauche sur le pédalier de tous les pianos à queue et qui modifie subtilement la sonorité pour l’adoucir et lui donner un caractère éthéré. On l’appelle aussi « pédale douce ».

J’ai répondu que la réponse à la question était « presque oui », avec la promesse de faire cet article sur le sujet:

Parlons de l’usure des marteaux. Dans l’utilisation normale du piano (sans la pédale Una Corda), les marteaux sont alignés de façon à frapper les trois cordes également, produisant à la longue une usure égale des trois marques laissées par les cordes, situation qui n’entraîne pas de problème et qui se corrige aisément par un sablage léger si c’est fait régulièrement.

Les marteaux bien alignés provoquent une usure régulière des marteaux

Les trois cordes sont ici frappées en même temps, de le même façon, et vibrent en phase, ce qui procure un son pur.

 

Les trois cordes sont frappées simultanément

 

La pédale Una Corda agit par transposition de tout le mécanisme vers la droite (habituellement) jusqu’à ce que le marteau ne frapppe plus que deux des trois cordes des trios.

Tout le mécanisme et décalé vers la droite

À la longue, cette position finit par provoquer une usure irrégulière des marteaux.

L'usure irrégulière des marteaux

Lorsqu’on relâche la pédale,  la frappe est inégale, les cordes sont mises en mouvement de façon anarchique, produisant une sonorité nasillarde, métallique, imitée vocalement par « buzz », « zing », « gzzzz » par le ou la pianiste éploré(e) qui tente d’expliquer ce qui arrive à son piano.

Les marteaux usés irrégulièrement provoquent un son désagréable

La solution ? Sabler les marteaux pour leur redonner une surface régulière. L’utilisation de la pédale Una Corda peut coûter cher ! On utilise la pédale pour avoir un son plus doux, mais plus on l’utilise, plus la position normale donne un son désagréable et plus on est porté à utiliser la pédale Una Corda. C’est un cercle vicieux.

Je veux avertir que cet article simplifie la problématique pour plus de clarté. Le réglage du mécanisme offre plus de choix au technicien et au pianiste selon l’effet recherché dans le contexte particulier où l’on se situe que ce qui est suggéré. Le schéma n’est pas tout-à-fait conforme à la réalité. Enfin, la pédale Una Corda est faite pour être utilisée. Bien réglée, utilisée à bon escient, elle offre des possibilités expressives dont on ne voudrait pas se passer. Parlez-en à votre technicien.


On vous propose l’ajout d’un système de contrôle climatique Dampp Chaser pour  protéger votre piano contre les changement d’humidité si dommageables pour votre instrument ?

Voici quelques points à savoir pour prendre une décision éclairée.

Disons d’abord que les doutes quant à l’efficacité du système sont maintenant quasi inexistants. Les manufacturiers de piano ont approuvé et rares sont les techniciens qui les contrediraient. Les propriétaires de pianos ainsi équipés sont unanimes: l’accord tient beaucoup mieux. Un piano doté d’un Dampp Chaser verra sa durabilité doublée au moins.

La compagnie Dampp Chaser  offre de la formation et un mécanisme de certification afin d’aider les techniciens à bien évaluer la pertinence d’installer un tel système chez vous. La compagnie interdit formellement aux distributeurs de vendre l’appareil directement au consommateur qui voudrait en faire l’installation soi-même pour s’assurer que tous les systèmes soient bien installés et toujours avec une large perspective comprenant l’état du piano, l’environnement dans lequel il est situé, les besoins spécifiques etc.

Bien entendu, l’environnement idéal pour un instrument de musique serait l’atmosphère parfaitement contrôlé d’un musée. Si votre maison est doté d’un système de contrôle climatique semblable, vous n’avez pas besoin d’un Dampp Chaser. Dans les faits, les propriétaires gardent rarement la climatisation en marche tout l’été, par exemple.

Peu d’endroits sur terre offrent des conditions propices pour un piano de manière naturelle. Près de la mer, l’air salin trop humide cause  beaucoup de dommage. Avez-vous déjà vu un de ces pianos dans un hôtel à Cuba ? Chez nous, c’est l’alternance des saisons avec la nécessité de chauffer les maisons l’hiver qui est problématique.

Le système est absolument silencieux et, dans un piano droit, complètement invisible, si ce n’est pour un petit bloc de lumières indicatrices qui témoignent du bon fonctionnement du système et pour attirer votre attention quand il faut ajouter de l’eau. (Typiquement, chaque semaine durant l’hiver, moins souvent durant l’été)

Dans un piano à queue, le bac est un peu plus grand que la place disponible entre les montants sous le piano, et le tissus noir qui ferme proprement le dessous peut se voir si vous êtes assis assez bas.

Dans tous les cas, le système doit rester branché dans une prise électrique non-reliée à un interrupteur car l’alimentation électrique doit être assurée en tout temps. (Une exceptionnelle interruption de quelques heures, voir de quelques jours n’est pas catastrophique)

Lorsque la lumière indicatrice le signale, il faut ajouter l’eau au moyen d’un bidon (fourni) qui s’insère dans un tube judicieusement dissimulé. Un additif spécial est ajouté chaque fois à l’eau de remplissage pour éviter les moisissures et une excessive accumulation de calcaire.

Deux fois par année selon les recommandations du manufacturier (mais une fois à l’automne c’est bien suffisant), le technicien doit remplacer les buvards d’évaporation avec leur gaine de plastique. À cette occasion, il vous remettra une bouteille de l’additif requis. Si c’est fait en même temps qu’un accord, le coût de ce service est de $ 25. Périodiquement (à tous les 5 ans par exemple) le système sera démonté pour un nettoyage en profondeur à un coût supérieur.

La compagnie Dampp Chaser prétend avec raison que les coûts d’opération de ce système sont considérablement plus bas qu’avec l’utilisation des autres appareils que certains utilisent pour le même usage. Les déshumidificateurs et les climatiseurs sont très énergivores. Remplir chaque jour un humidificateur portatif est très astreignant.

Un excellent complément à ceci serait une couverture de cordes faite de laine, sur mesure, pour encore mieux procurer au piano à queue un « micro-climat » qui protégerait  le dessus de la table d’harmonie et le sommier. (Ça ne touche pas aux cordes et ça n’a aucun effet sur le son)

Un beau piano équipé d'une couverture de cordes

Une solution moins coûteuse serait de placer une jetée sur le piano entre les utilisations.

Que dites-vous de cette belle housse fabriquée sur mesure :

 

Dampp Chaser, « undercover », couverture de cordes: avec un piano maintenu dans un tel « cocon » de protection, un musicien fera moins souvent appel à son accordeur de piano. Ce n’est pas parce que nous n’aimons pas aller chez vous !


 

Savoir jouer du piano représente une richesse inestimable. Y arriver demande un ensemble de conditions pas toujours évidentes.

Un bon banc à la bonne hauteur, un banc de pieds si nécessaire, un éclairage adéquat et un piano bien accordé sont certainement les préalables les plus faciles et les plus rentables à mettre en oeuvre.

Pour ce qui est de l’éclairage, je recommande les produits House of Troy. Leurs lampes de piano sont d’une facture irréprochable : elles ne basculent pas, elles ne vibrent pas…

J’ai vu chez un client cette solution créative: une lampe vendue à la quincaillerie (pour l’éclairage des tableaux) fixée sur un bloc de bois exotique assez lourd pour une bonne stabilité. Parfait !

 

Lampe de piano faite à la maison


J’ai passé des vacances extraordinaires, côtoyant entre autres Marc, Suzanne et leur fille Zoé avec qui nous avons partagé la même table ainsi que nos visites touristiques (Toulon, Monaco, Nice, Rome, Florence, Pise….. mamma mia !)

Le père de Suzanne s’est récemment acheté un piano à queue Yamaha tout neuf équipé d’un système Disklavier, version moderne du piano mécanique. Il s’agit d’un vrai piano acoustique équipé de capteurs très sensibles et d’un système électro-mécanique pour actionner les touches. On peut s’enregistrer soi-même ou faire jouer des enregistrements professionnels. C’est pas mal magique.

Tout heureux de leur montrer sa nouvelle acquisition, il les invita à souper, avec le piano en musique de fond.

Disklavier réception

Malheureusement, aussi sophistiqué que soit ce système, il ne permet pas de baisser le volume autant qu’on pourrait le faire avec un système de son. Comme musique d’ambiance, les gens trouvent que ça joue trop fort.

Déception !

Il existe une solution. La  sourdine pour piano  à queue proposée par l’inventeur Steven James, disponible depuis peu, permet de jouer soi-même sans déranger les voisins ou de laisser jour le piano automatique Disklavier ou Pianodisc sans surcharger l’espace sonore pour un meilleur confort de nos invités.

Quel sera le quatrième piano au Canada équipé de ce système ? J’ai effectué trois installations depuis un an: les clients s’en montrant entièrement satisfaits, n’hésitez pas à le demander à votre accordeur-technicien.


Une corde est cassée ? Ça peut arriver si on joue trop fort. D’ailleurs, cette corde avait peut-être une faiblesse.

Ça fait un bruit inquiétant, et il y a lieu de s’inquiéter ! Si ça se produit dans une section où il y a deux ou trois cordes pour chaque note, vous pourrez encore jouer la note affectée mais la portée du marteau et de l’étouffoir correspondants sera inadéquate et d’autres bris sont à craindre.

Faut-il remplacer la corde ?

La plupart du temps, dépendant de l’endroit exact où le bris s’est produit, il sera préférable de simplement poser une nouvelle amorce.

Il faut réaliser qu’une corde neuve prendra plusieurs semaines avant de s’être étirée à son maximum pour rester enfin accordée de façon stable.

Pour les cordes de basses, celles qui sont filées d’un enroulement de cuivre sur un coeur d’acier, une corde neuve sur mesures entraînera des délais pour la commande et la livraison. Il existe bien des cordes « universelles » que les techniciens transportent avec eux, parmi lesquelles on peut choisir pour trouver un remplacement approximatif (pour un résultat approximatif aussi) mais dans tous les cas, une corde neuve n’aura pas une sonorité identique à celles plus vieilles qui l’entourent.

Les avantages de pouvoir conserver la vieille corde sont donc évidents: même sonorité, réparation sur le champ, stabilité de l’accord immédiat. Ne jetez pas une corde qui vient de casser !

DSC02026

Les accordeurs techniciens les plus compétents maîtrisent l’art de faire un noeud dans ce matériau très difficile qu’est l’acier utilisé pour les cordes de piano.


S’il faut travailler sur les roulettes ou sur le plancher du piano, il faut le mettre sur le dos.

Avec le bon outil, il est facile de le faire, sinon il faudrait être plusieurs hommes forts.

 

 

Ici, le but était d’ajouter des roulettes (un « dolly ») à ce piano qui n’en avait pas.

Ajout d'un dolly

Merci à Steve Lecky, Collège Dawson, février 2011


jejouedupiano.com, qui se dit le premier consacré aux cours de piano en ligne pour tous les niveaux, offre aussi des entretiens, des commentaires d’experts  sur des interprétations trouvées sur YouTube, et un premier dossier :  Les conseils de Pierre Malbos pour acheter et entretenir votre piano

Les informations présentées sont très justes.   Si vous voulez acheter un piano, l’expert vous met en garde contre un vendeur de piano qui dirait: « Oui, là il n’est pas bien, mais vous verrez, après une préparation chez vous, ça sera le jour et la nuit ! ». Ce que l’on a envie de trouver dans un instrument doit être présent lors de l’achat, dit-il avec raison.

Puis:  » Il faut s’assurer que le piano que l’on a essayé et choisi en magasin va bien être celui qui sera livré. Je conseille donc de bien noter le modèle et le numéro de série et de préciser au vendeur que l’on veut ce piano et pas un autre »  Très judicieux !

Il insiste pour que l’acheteur fasse appel à un professionnel indépendant avant d’acheter un piano usagé.

Au sujet de l’entretien, après avoir parlé de l’accord et des réglages mécaniques, ce qu’il dit de l’harmonisation mérite d’être souligné:  « Cette opération ne peut se réaliser en une fois, c’est un travail de longue haleine, par petites touches et en plusieurs étapes. Il y a tout d’abord un travail technique de piquage. Il faut ensuite laisser reposer et que le pianiste joue avant de reprendre les choses quelques temps après.  Les meilleures harmonisations s’appuient sur le temps. Une harmonisation réalisée en une fois peut permettre de rattraper quelque chose mais ne durera pas. »

Enfin, je reproduis aussi sa réponse à la question « Comment trouver un bon accordeur »

« C’est une chose assez difficile car les clients ont souvent du mal à juger ce travail complexe. Le bouche à oreille me paraît être une solution. Plutôt que de parler de bon ou de mauvais accordeur, je parlerais de personne avec qui le pianiste doit instaurer une relation dans la durée. Il doit y avoir de la part du technicien une orientation, une façon d’aborder le son qui doit correspondre à ce qu’attend le pianiste. Par conséquent, chaque pianiste peut trouver son accordeur, sans penser qu’il y en a un meilleur que l’autre. La question ne se pose pas en terme de qualité mais en terme de compréhension. La notion de suivi me paraît primordiale. Il est préférable de faire intervenir toujours la même personne, qui puisse s’appuyer sur son travail précédent pour améliorer le piano à chaque passage. Lorsqu’un accordeur découvre un instrument, il lui faut un temps d’adaptation. Le premier accord est rarement le meilleur parce que chaque technicien a un geste particulier, sa propre façon de tourner la cheville, de caler l’accord, qui font que le piano va réagir aux différemment en fonction de l’accordeur. Quand il est habitué au même type de geste, il va être beaucoup plus stable. L’accordeur et le piano doivent s’accorder. »

Très éclairant ! Je suis d’accord.


Pour savoir communiquer efficacement avec votre technicien, il est utile de savoir nommer les notes qui posent problème.

Le premier « do » grave est désigné « do 1″.  Suivent « ré 1″, « mi 1″ etc.

Notez que le  « la » et le « si » qui sont situés plus à gauche sont nommés  « la 0″ et « si 0″. Sur un Bosendorfer Impérial qui possède des notes graves supplémentaires, celles-ci portent l’identifiant « zéro » aussi.

Le  « la 440″ qui sert souvent de référence est le « la 4″ sur le piano. Le « la » du diapason est celui-là, dont la fréquence est 440 hz (hertz, ou vibrations par seconde). Le « do central » est le do 4.

Cette nomenclature est efficace pour  inscrire vos observations lorsque vous remarquez des comportements inhabituels de certaines notes; il est possible que le comportement ne se manifeste pas  lorsque le technicien sera là !