Portrait d'Allan Sutton accordant un piano
Allan Sutton

De bons conseils sur jejouedupiano.com




jejouedupiano.com, qui se dit le premier consacré aux cours de piano en ligne pour tous les niveaux, offre aussi des entretiens, des commentaires d’experts  sur des interprétations trouvées sur YouTube, et un premier dossier :  Les conseils de Pierre Malbos pour acheter et entretenir votre piano

Les informations présentées sont très justes.   Si vous voulez acheter un piano, l’expert vous met en garde contre un vendeur de piano qui dirait: « Oui, là il n’est pas bien, mais vous verrez, après une préparation chez vous, ça sera le jour et la nuit ! ». Ce que l’on a envie de trouver dans un instrument doit être présent lors de l’achat, dit-il avec raison.

Puis:  » Il faut s’assurer que le piano que l’on a essayé et choisi en magasin va bien être celui qui sera livré. Je conseille donc de bien noter le modèle et le numéro de série et de préciser au vendeur que l’on veut ce piano et pas un autre »  Très judicieux !

Il insiste pour que l’acheteur fasse appel à un professionnel indépendant avant d’acheter un piano usagé.

Au sujet de l’entretien, après avoir parlé de l’accord et des réglages mécaniques, ce qu’il dit de l’harmonisation mérite d’être souligné:  « Cette opération ne peut se réaliser en une fois, c’est un travail de longue haleine, par petites touches et en plusieurs étapes. Il y a tout d’abord un travail technique de piquage. Il faut ensuite laisser reposer et que le pianiste joue avant de reprendre les choses quelques temps après.  Les meilleures harmonisations s’appuient sur le temps. Une harmonisation réalisée en une fois peut permettre de rattraper quelque chose mais ne durera pas. »

Enfin, je reproduis aussi sa réponse à la question « Comment trouver un bon accordeur »

« C’est une chose assez difficile car les clients ont souvent du mal à juger ce travail complexe. Le bouche à oreille me paraît être une solution. Plutôt que de parler de bon ou de mauvais accordeur, je parlerais de personne avec qui le pianiste doit instaurer une relation dans la durée. Il doit y avoir de la part du technicien une orientation, une façon d’aborder le son qui doit correspondre à ce qu’attend le pianiste. Par conséquent, chaque pianiste peut trouver son accordeur, sans penser qu’il y en a un meilleur que l’autre. La question ne se pose pas en terme de qualité mais en terme de compréhension. La notion de suivi me paraît primordiale. Il est préférable de faire intervenir toujours la même personne, qui puisse s’appuyer sur son travail précédent pour améliorer le piano à chaque passage. Lorsqu’un accordeur découvre un instrument, il lui faut un temps d’adaptation. Le premier accord est rarement le meilleur parce que chaque technicien a un geste particulier, sa propre façon de tourner la cheville, de caler l’accord, qui font que le piano va réagir aux différemment en fonction de l’accordeur. Quand il est habitué au même type de geste, il va être beaucoup plus stable. L’accordeur et le piano doivent s’accorder. »

Très éclairant ! Je suis d’accord.

4 Comments

  1. Très bel article et philosophie d’affaires. Une relation sincère et honnête avec son accordeur de piano est la meilleure solution pour éviter bien des déceptions. Il est toujours bon de demander conseil avant d’acheter, surtout si cette personne est indépendante du vendeur. Un conseil : essayez le plus de pianos possible, même ceux qui vous semblent hors de prix. En identifiant ce que vous aimez, vous trouverez un juste compromis vous apportant du plaisir à jouer de la musique pour des années.

    Jonathan Dionne
    Technicien pour piano
    Estrie

  2. Intéressant cet article, je découvre ton blog, ça te dirais un échange de liens? J’ai un blog qui traite du mal au dos et de mon expérience avec la methode Mckenzie , il est tout nouveau. Je peux te mettre dans ma blog roll ou sur une page partenaire :)

  3. Au piano, on pourrait être tellement pris par les exigences de la partition à apprendre, par exemple, qu’on pourrait en oublier d’être conscient de tout son corps, de son équilibre (de ses équilibres), et développer des maux.
    Louise Bessette a intégré sa pratique du Taïchi comme en fait foi cet article de Lucie Renaud paru aussi dans la Scena Musicale

Laisser un commentaire