Portrait d'Allan Sutton accordant un piano
Allan Sutton

« Le drame du pianiste, c’est que son action est exclusivement verticale. C’est le défi permanent de notre art. »
-Leon Fleisher

Au piano, tout son émis est aussitôt voué à l’extinction. Le pianiste doit composer avec cette réalité en tentant de donner l’illusion de l’horizontalité, de la connexion entre les notes, quand la musique interprétée est mélodique.

Le technicien  connaît ce paradoxe et doit tenter d’aider le musicien dans cette tâche.

On peut favoriser l’impression de legato par divers moyens rassemblés sous la rubrique « harmonisation »: Les points de terminaison des cordes doivent être bien nets pour que la vibration soit transmise efficacement à la table d’harmonie, le marteau doit frapper les trois cordes (ou les deux) en même temps et de la bonne manière, le son doit être bien cohérent d’une note à l’autre,  pour encourager les « bonnes harmoniques » et un bon soutien des sons. C’est cette capacité des sons à maintenir une belle progression dans le temps après l’émission qui permet de « faire chanter » le piano autant que possible.

C’est d’ailleurs une façon de juger la qualité d’un instrument: jouer des notes longues dans tous les registres, écouter l’évolution du son. On préfère un son qui reste le plus longtemps et qui diminue selon une belle courbe régulière, sans baisse soudaine à aucun moment.

Un piano bien accordé aura d’ailleurs déjà une longueur d’avance: les vibrations bien synchronisées vont se renforcer mutuellement pour que le son dure longtemps, alors que des vibrations désordonnées vont se combattre et s’annuler.

En vérité, cependant, les choses musicales sont beaucoup du domaine subjectif.  « Faire chanter » le piano tient au moins autant à la qualité de la « pensée » du musicien au piano qu’aux aspects techniques ci-haut mentionnés.

Écoutez cette pianiste mythique: Malgré le vieil enregistrement, sa pensée musicale et son legato extraordinaire nous parviennent inaltérés.


Angela Hewitt avec David, son technicien de piano
Angela Hewitt avec David, son technicien de piano

Mon collègue d’Ottawa, David Anderson, affiche sur son site web un témoignage de cette artiste majeure: Elle exprime sa satisfaction à l’égard de la stabilité apportée à son piano par le travail de son technicien en conjonction avec la présence d’un système Dampp Chaser.


Je suis d’accord avec eux: Le piano Ravenscroft est le meilleur piano au monde. (D’accord, disons, un des meilleurs pianos au monde) J’ai eu l’occasion de l’essayer- voyez mon article ici

C’est le pianiste de jazz Bob Ravenscroft qui a commandé à Michael Spreeman un instrument qui pourrait enfin le libérer des limites des instruments disponibles, et ce sont deux pianistes de jazz qui en parlent ici, mais l’instrument que j’ai joué est absolument magnifique pour le répertoire classique aussi. J’aimerais l’entendre dans une grande salle avec orchestre, mais on m’assure que le piano s’est montré à la hauteur.


Voici un piano qui avait bien besoin d’être accordé: il était un demi-ton trop bas!

Dans un cas comme celui-ci, nous devons d’abord faire un premier accord grossier qui remonte la tension de toutes les cordes dans les environs du niveau souhaité. Ensuite viendra un accord fin qui rétablira l’harmonie entre tous les sons du piano.

Attention! Oreilles sensibles, s’abstenir…

Cela comporte le risque que quelques cordes cassent: Je ne peux me résoudre à enregistrer une mise à niveau dans « l’espoir » de capter l’horrible son. Ce serait comme d’appeler le malheur. En effet, une corde qui casse est une mauvaise nouvelle. Nous avons tout ce qui faut pour la remplacer, mais c’est long, désagréable et coûteux.

Enfin, il faut savoir qu’un piano soumis à un tel « redressement » ne tiendra pas son accord aussi bien qu’un piano plus régulièrement accordé: l’accordeur n’a pas mal fait son travail, c’est inévitable. Il sera bien de prévoir un autre rendez-vous quelques semaines plus tard, de munir l’instrument d’un système de contrôle climatique et de prendre l’habitude de nous appeler régulièrement.


C’est la rentrée, une période intense pour les techniciens de pianos, qui ne laisse pas beaucoup de temps pour les articles du blog. Je vous signale rapidement que la tonalité du téléphone comprend un « la 440″ presque parfait (ici au Canada du moins). Pas besoin d’un diapason pour savoir si le piano est juste! Pour une estimation plus précise, vous voudrez peut-être me jouer votre « la » au téléphone.

Nous calibrons nos diapasons à l’aide d’une référence extrêmement précise: la National Institute of Standards and Technology diffuse par ondes courtes et par téléphone des signaux à des fréquences déterminées que nous utilisons à cet effet.

Comme le taux d’humidité relative va baisser à l’approche de l’hiver, vous pourrez constater les changements dans la hauteur des sons produits par votre instrument; ils vont baisser. Un appel et nous voi-« la » pour les remettre « au diapason »

Au plaisir!


Depuis 1947, la compagnie Dampp Chaser contribue au développement des meilleures technologies pour protéger les pianos contre les effets néfastes des variations climatiques. Invisible de l’extérieur, le système Piano Life Saver assure, aussitôt installé, une meilleure tenue de l’accord.  Votre instrument sonne comme il se doit, jour après jour.

Les plus grandes marques de pianos sont unanimes sur les avantages du système Piano Life Saver:

Bösendorfer

« Le Système de contrôle de l’humidité Dampp-Chaser est un contrepoids efficace aux variations climatiques à l’intérieur du piano et constitue pour lui, de ce fait, un gage de stabilité et de longévité. »

Kawai

« Vos Systèmes de contrôle climatique Dampp-Chaser sont les appareils les meilleurs et les plus fiables que nous connaissions. »

Schimmel

« Le meilleur moyen pour conserver la valeur des bons pianos droits ou à queue est de permettre une régulation automatique de l’humidité relative de l’air à l’intérieur même de l’instrument… grâce au Système de chez Dampp-Chaser Corporation. »
– Nikolaus Schimmel

Seiler

« Le système de contrôle climatique Dampp-Chaser contribue à la bonne tenue des réglages
et accords faits sur les pianos de grandes marques. Les caractéristiques sonores propres
à chacune d’elles sont ainsi préservées, et la valeur des instruments conservée durablement. »
– Ursula Seiler

Yamaha

« Bien monté et bien utilisé, le Système Dampp-Chaser peut-être bénéfique à la stabilité de l’instrument. »


La fabrication du piano L1037
Fabrication du piano L1037

Il ne faut pas fallait pas manquer la projection de ce documentaire présenté jusqu’au 13 août 2009.

« Ce film étonnant suit la conception de ce piano prestigieux et unique qui contraste avec notre ère de consommation de masse. Le film explore la relation entre un musicien et son instrument tout en documentant le processus de création, avec des entrevues et des performances d’artistes reconnus mondialement tels Lang Lang, Hélène Grimaud, Pierre-Laurent Aimard, Harry Connick, Jr., Hank Jones, Marcus Roberts, Kenny Barron et Bill Charlap. »

Lisez toute la description et consultez l’horaire de la diffusion sur le site du cinéma du Parc

www.notebynotethemovie.com


J’ai rencontré l’inventeur du Muffler Rail, Steven James, qui présentait son invention à la convention de Grand Rapids. C’est une sourdine pour piano à queue.

Steven James me parle de son invention
Steven James me parle de son invention

Il s’agissait d’adapter pour le piano à queue ce simple mécanisme qui existe pour le piano droit: un feutre est inséré entre les marteaux et les cordes, réduisant considérablement l’intensité du son.

Le feutre est relevé; les marteaux frappent les cordes librement.
Le feutre est relevé: les marteaux frappent les cordes librement.
Le feutre est descendu: les marteaux frapperont les cordes à travers le feutre.
Le feutre est descendu: les marteaux frappent les cordes à travers le feutre.

C’est un peu plus compliqué pour le piano à queue mais le résultat est vraiment bien. Trois différentes épaisseurs de feutre sont utilisées pour que l’effet soit équilibré à travers tous les registres.
Installation Damper Rail

 

Mise à jour 26 avril 2011:  Voici des photos d’une installation complète. Depuis ce temps, le système a été modifié pour rendre le travail plus simple et rapide.

Si vous avez des voisins…


La convention annuelle de la Piano Technicians Guild se tient  cette année du 14 au 19 juillet à Grand Rapids, à 50 km à l’est du lac Michigan et à 11 heures de route de Montréal.

Parmi les nombreux ateliers proposés, je suis particulièrement intéressé par ceux traitant de l’harmonisation, une discipline spécialisée qui consiste à obtenir la sonorité désirée en intervenant sur les marteaux, les piquant, les sablant, les enduisant de différentes mixtures et les triturant de diverses manières. Par extension, tout le travail effectué sur un piano, de l’accord à la mise à niveau des cordes en passant par tous les réglages, participe à la sonorité de l’instrument et donc, relève de l’harmonisation.

Andre Oorebeek de Hollande et Roger Jolly des États-Unis, deux experts réputés, seront présents. La convention 2009 sera celle de l’harmonisation pour moi!

Mise-à-jour 21 juillet: Mes attentes ont été comblées. Les grands noms du monde du piano étaient là. J’ai particulièrement apprécié mes moments avec André Bolduc, Rick Spalding, David Stanwood, André Oorebeek. Ce dernier nous a donné une pleine journée passionnante, multi-sensorielle et stimulante aux commandes de ses aiguilles pour faire s’épanouir le son des marteaux Renner en version « beta », les Weickert Felt. Les mêmes marteaux sur un autre piano furent une occasion de constater les effets d’une autre technique, celle-là plus douce et précise, de travailler la « chair » du marteau que constitue le feutre, matière noble, vivante, interactive: celle de Rick Spalding sur un piano de Michael Spreeman, le fabriquant de mon coup de coeur musical de la semaine: le piano Ravenscroft.
Je suis invité à aller visiter leur atelier en Arizona:  Qui veut m’accompagner?


J’ai installé ces coupelles chez ma cliente qui vient de déménager dans un magnifique appartement avec une vue imprenable et…des voisins.

Elle sera plus à l’aise de jouer sachant que ces coupelles spéciales empêcheront dans une certaine mesure le son du piano d’être transmis à travers le plancher. Un anneau de caoutchouc isole le côté « plancher » du côté « piano ».

La coupelle Piattino
La coupelle Piattino

Le feutre collé sous la coupelle protège le plancher et permet de glisser le piano pour l’orienter à notre guise.

Un piano équipé des coupelles Piattino
Un piano équipé de coupelles Piattino

De plus, grâce à leur profil bas, elles ne soulèvent pratiquement pas le piano; les pédales restent à une bonne hauteur.  Importées d’Allemagne, on reconnaît une fabrication de qualité, un design efficace et on apprécie la touche d’élégance qu’elles apportent.