Portrait d'Allan Sutton accordant un piano
Allan Sutton

Pourquoi il est difficile de faire accorder votre piano ce week-end




Vous avez essayé de trouver un bon accordeur de piano ce week-end ? Pas facile, n’est-ce pas ? C’est que les techniciens les plus actifs sont réunis à Montréal pour une convention de l’association canadienne, la CAPT-ACAP (Canadian Association of Piano Technician- Association canadienne des accordeurs de piano).

Outre le plaisir de se rencontrer entre collèques et amis, cette édition offre des ateliers techniques particulièrement intéressants.

Christopher Brown est venu de Boston pour présenter son établi de travail très sophistiqué. Cet outil formidable permet un travail plus précis, plus rapide et plus facile.

Marcel Lapointe de Québec nous a fait une démonstration du système d’analyse de la géométrie et d’équilibrage de la mécanique Fandrich Rhodes. Les paramètres (dimensions et mesures de poids) d’une mécanique de piano sont entrés sur ordinateur pour nous aider à diagnostiquer les problèmes, adapter le toucher au goût d’un pianiste ou égaliser et améliorer la réponse d’un instrument.

Mon ami Oliver Esmonde-White a fait un exposé sur son approche des réglages pour piano à queue: la synchronisation précise entre le mouvement du levier de répétition et celui du bâton d’échappement procure une sensation incomparable sous les doigts. Comme pianiste, j’apprécie énormément ce niveau de précision. Oliver a aussi apporté un piano Fandrich & Sons droit qui est équipé d’un mécanisme réinventé, qui se rapproche de celui d’un piano à queue.

Nous sommes reconnaissants à Denis Brassard, le technicien-accordeur de la faculté de musique de l’Université de Montréal qui nous reçoit, et aux organisateurs de la convention.

Laisser un commentaire