Portrait d'Allan Sutton accordant un piano
Allan Sutton

Un vieux piano en parfait état.




J’ai été appelé à accorder le vieux piano d’une jeune famille à St-Denis sur Richelieu. Bien que ce soit à l’extérieur de mon territoire, Marie-France tenait à ce que j’aille moi-même car je leur avait été référé. Elle n’avait pas joué depuis quelques années mais songeait à s’y remettre. Peut-être aussi pensait-elle à ce futur musicien né six mois auparavant qui s’est réveillé peu après mon arrivée? Le piano n’avait pas été accordé depuis quelques années mais avait toujours été entretenu auparavant et avait même profité d’un environnement contrôlé par climatiseur.

À mon arrivée, je découvre un magnifique instrument qui trône majestueusement dans un coin du salon.

Un très vieux piano très beau
Un très vieux piano très beau

Nous ne savons jamais à quoi nous attendre quand nous faisons connaissance avec un vieil instrument. Les ponts seront-ils solides? Les chevilles pourront-elles maintenir la tension des cordes? La mécanique est-elle usée au point d’empêcher un jeu normal? Jouant toutes les notes rapidement je constate que tout fonctionne malgré que les sons soient très faux: pas de claquements, ni de vibrations suspectes. Pour continuer l’inspection, il faut enlever les panneaux et les couvercles pour regarder les marteaux, les chevilles, les ponts et tous les autres éléments internes. Ce piano est aussi beau à l’intérieur qu’à l’extérieur! Un superbe sommier découvert, en bois de rose, s’étale dans toute sa splendeur. Cette façon de faire n’est plus utilisée aujourd’hui. Le sommier est maintenant recouvert par le cadre en fonte pour plus de solidité à moindre coût et peu de manufacturiers modernes seraient fiers de voir leur sommier (de moins belle facture) ainsi exposé.

Un sommier découvert
Un sommier découvert

Tout semble en ordre, le bois n’est pas excessivement craqué, les pointes des chevalets et des sillets sont solides et les cordes sont bien maintenues en place.

Je mesure que le piano est presque un demi-ton trop bas. C’est extrêmement bas mais les cordes ne sont pas rouillées et chevilles ne sont pas trop enfoncées; ma cliente comprend que si des cordes cassent, ce qui peut arriver à un piano comme celui-là, il y aura des frais supplémentaires. Finalement tout va pour le mieux. Il faut bien sûr faire un premier accord de mise à niveau avant l’accord final, quelques chevilles montrent des signes de faiblesse (elles supportent à peine la tension des cordes) mais je réussis à remettre ce beau piano « au diapason », c’est-à-dire au niveau standard qui place le La 4 (qui est en fait le 5e La à partir de la basse) à la fréquence de 440 Hz (Hertz). Je recommande enfin de mieux contrôler l’environnement climatique de ce piano: il serait bon de climatiser la pièce où il se trouve, d’utiliser un humidificateur en hiver, et d’installer un système Dampp-Chaser à l’intérieur du piano.

Deux heures après mon arrivée, je suis reparti heureux d’avoir fait ce travail très satisfaisant: une autre génération de musiciens pourra sans doute profiter de cet instrument exceptionnel.

Laisser un commentaire