Catégorie : Divers


Allan Sutton, technicien-accordeur et fondateur de Piano Technique Montréal, a cultivé toute sa vie la passion du piano dans ses multiples facettes. Détenteur d’une maîtrise en interprétation du piano de l’Université de Montréal, il a débuté sa carrière comme pianiste et professeur de piano affilié à l’École de Musique Vincent-d’Indy.

Des phénomènes astronomiques qui marquent une vie

Comète Hale-Bopp

En 1995 puis 1996 se succèdent deux événements qui transformeront la vie d’Allan: l’apparition spectaculaire dans le ciel des comètes Hale-Bopp et Hyakutake. Il les observe à l’oeil nu et les photographie. Mais surtout, il les voit comme des signes annonciateurs de succès et de bonheur dans sa nouvelle vocation : accorder les pianos!

 

Manon Bouchard, collaboratrice pour Piano Technique Montréal

Allan accorde et entretient les pianos depuis maintenant plus de vingt ans. Il compte parmi sa vaste clientèle de nombreux professionnels de la musique et de l’enseignement.  Ancienne collègue d’études d’Allan et professeure de piano en pré-retraite, Manon Bouchard, quant à elle, est aussi descendante d’une famille d’accordeurs de piano de Montréal. L’été dernier, elle renoue contact avec Allan, car elle a besoin de judicieux conseils pour la restauration de son piano à queue. Allan en profite pour lui parler de la mission de Piano Technique Montréal et dès lors, la complicité s’installe… Allan et son partenaire Nicolas Lessard lui offrent à tout hasard de devenir leur adjointe et nouvelle collaboratrice, un poste que Manon accepte sans hésiter!

Manon Bouchard astronome amateure

Mais Allan n’en est pas à sa première surprise : il apprend par la suite que le piano n’est pas l’unique passion de Manon… En fait, l’astronomie occupe une place importante dans la vie de celle-ci puisqu’elle et son conjoint Jean-Bruno ont aménagé leur propre observatoire juste à côté du mont-Mégantic et tout au long de l’année, y observent étoiles et comètes!

 

 

 

 

 


Pour décrire l’action d’accorder un piano, quel terme doit-on utiliser : accord, accordage ou accordement?

Accord, accordage, accordement

Le terme « accord » se définit dans le dictionnaire Larousse par « action d’accorder un instrument; son résultat », et « accorder », par « régler la justesse d’un instrument de musique, mettre des instruments au même diapason » et, au sens plus large, « mettre en harmonie ».

L’accordeur de piano doit régler la justesse – l’intonation – avec une clé d’accord en manipulant les chevilles selon un procédé bien particulier afin de rendre l’accord le plus stable possible tout en préservant l’intégrité de l’instrument. Il doit le faire en divisant l’octave en 12 demi-tons égaux, et en tenant compte de l’inharmonicité du piano. Il utilise pour ce faire des logiciels comme Tunelab et Verituner. Certains interprètes peuvent requérir, surtout en musique plus ancienne, une répartition inégale des 12 demi-tons, soit un tempérament inégal, dont nous parlerons dans un prochain article.

Cela dit, c’est bien sûr la pureté des unissons et des octaves qui importe avant toute chose (près des deux-tiers des touches de l’instrument sont reliés à trois cordes, accordées à l’unisson).

Si, en jouant une seule note du piano, on entend un effet de vagues rapides, cela indique que l’unisson est désaccordé. S’il est temps de faire accorder son piano dès qu’on entend qu’il est faux, dissonant, il n’est cependant pas nécessaire d’attendre cela… un accord semi-annuel peut en effet prévenir des écarts nécessitant une mise au diapason, et permet au technicien accordeur d’effectuer un suivi plus rigoureux de l‘instrument et de sa condition.

Mise au diapason

Le diapason, ou hauteur relative des notes, oscille naturellement suivant les variations d’humidité. La table d’harmonie, surtout, se gonfle de l’humidité de l’air en été, ce qui augmente l’angle des cordes sur le chevalet et fait monter le diapason. L’inverse se produit en hiver.

Le piano a été conçu et calibré pour le la 440 Hz, et ce diapason lui permet de jouer en harmonie avec d’autres instruments. C’est pourquoi il est important de le maintenir le plus près possible du diapason. Quand l’écart est considérable, soit d’un quart de ton ou plus, le technicien doit effectuer une mise au diapason préalablement à l’accord et peut exiger un supplément.

« Accordage » est synonyme d’« accord ». On entend aussi parfois accordement ou accordation, mais ces termes ne sont pas officiellement reconnus dans la langue française.


Piano Technique Montréal est extrêmement heureuse de vous présenter son nouvel associé : Nicolas Lessard, technicien accordeur et membre, tout comme son partenaire Allan Sutton, de la Piano Technicians Guild (PTG).

Nicolas, nouveau chez Piano Technique Montréal? Pas vraiment! En fait, il travaille en collaboration avec Allan depuis déjà plusieurs années. Contrebassiste de formation et diplômé de l’École Glenn Gould du Conservatoire royal de Toronto, puis musicien actif sur la scène musicale montréalaise, Nicolas a d’abord commencé comme l’apprenti d’Allan, son mentor et lui-même technicien accordeur depuis 20 ans. Maintenant rompu à tous les secrets du métier, Nicolas est récemment devenu partenaire de l’entreprise et associé d’Allan.

Article_Un nouveau partenariat_A

Pour les travaux de réglage, nettoyage et grand entretien de pianos, Nicolas et Allan ont développé une approche personnelle et complémentaire, qui consiste à effectuer en duo et sur place des tâches qui sont ordinairement exécutées en solo par les autres accordeurs. Cette collaboration rend leur travail encore plus efficace et précis, et ce sont les pianos ainsi remis à niveau qui en bénéficient en bout de ligne!

Face à l’évolution du métier et aux avancées technologiques, Nicolas et Allan ont en commun la volonté de se maintenir constamment à jour. Pour eux, formation continue est synonyme de rencontres avec des techniciens accordeurs hautement réputés, de discussions sur des forums virtuels ainsi que d’échanges avec des fabricants de piano reconnus mondialement.

Nicolas et Allan : une équipe où s’harmonisent dynamisme et expérience!


Mon ami a une relation privilégiée avec la partition musicale. Malheureusement sa vue a beaucoup baissé ces dernières années. Voyez le système qu’on lui a installé !

Toute la musique qu’il désire travailler a été téléchargée du site music-scores.com et réside sur l’ordinateur qui est dédié à cet usage. Le grand téléviseur  relié à cet ordinateur procure une image bien contrastée. Il est facile de régler le niveau de grossissement à l’aide d’une souris.

De plus, tout l’internet est à portée de clic pour regarder une interprétation inspirante sur Youtube ou écouter un enregistrement acheté sur iTunes.


S’il faut travailler sur les roulettes ou sur le plancher du piano, il faut le mettre sur le dos.

Avec le bon outil, il est facile de le faire, sinon il faudrait être plusieurs hommes forts.

 

 

Ici, le but était d’ajouter des roulettes (un “dolly”) à ce piano qui n’en avait pas.

Ajout d'un dolly

Merci à Steve Lecky, Collège Dawson, février 2011


© Copyrights 2015 - 2018 - Allan Sutton